Chems-eddine Hafiz (depuis 2020)

Le 11 janvier 2020, Me Chems-eddine Hafiz est élu président de la Société des Habous et des Lieux Saints de l’Islam et recteur de la Grande Mosquée de Paris.

Né à Alger en 1954, au sein d’une famille durement éprouvée par la guerre d’Algérie, Maître Chems-eddine Mohamed Hafiz s’engage dans des études de droit et prête serment en 1986. Cinq ans plus tard, il s’inscrit au barreau de Paris et choisit de vivre en France, « patrie des droits de l’homme », où il deviendra à ce propos membre de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH).

Me Chems-eddine Hafiz plaide aux assises et se spécialise dans le droit international des affaires, qui lui permet de mettre sa vocation d’avocat au service du rapprochement entre la France et l’Algérie. En 2001, il crée à cette fin l’Association des avocats algériens de France, qui devient en 2008 l’Association Euro-Maghreb des avocats de droit d’affaires (AEMADA), dont il est aujourd’hui le président d’honneur. En 2013, il est désigné responsable de la commission internationale Paris-Alger par l’ordre des avocats à la cour d’appel de Paris.

En 1999, le recteur Dalil Boubakeur lui propose d’être l’avocat et le conseiller de la Grande Mosquée de Paris, puis le vice-président de la Société des Habous et des Lieux Saints de l’Islam (association propriétaire de la Grande Mosquée de Paris) en 2003.

Au couRecteur ChemseddineHafiz2rs de ces années, il participe à la consultation lancée par le ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement en vue de créer une institution chargée d’organiser le culte musulman en France. Il œuvre à la fondation du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) en 2003, sous l’égide du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, qui le nomme également à la commission de réflexion juridique sur les relations des cultes avec les pouvoirs publics, dite commission Machelon (2005-2206).  Membre du bureau exécutif du CFCM, il en devient le vice-président en 2008.

Me Chems-eddine Hafiz défend la place du culte musulman en France, aussi bien contre la montée de l’islamophobie et du racisme que contre celui des dévoiements obscurantistes et violents de l’Islam. Il expose sa conviction profonde des synergies entre l’éthique musulmane et les valeurs républicaines dans l’ouvrage Droit et religion musulmane, coécrit avec Gilles Devers (Éd. Dalloz, 2005). En 2010, il publie un pamphlet contre Éric Zemmour, dans lequel il développe sa pensée d’une religion du juste milieu (De quoi Zemmour est devenu le nom, les Éd. du Moment, 2010). En réaction des terribles attentats du 13 novembre 2015, il crée au sein du barreau de Paris l’association « La Fraternité du Barreau de Paris, qui a pour objet de rassembler les avocats qui se reconnaissent dans les trois grandes religions monothéistes, de lutter contre toute forme de stigmatisation liées à la religion, dans le respect du principe de laïcité, et de favoriser le dialogue interreligieux.

Me Chems-eddine Hafiz s’évertue depuis toujours à faire connaître au plus grand nombre la religion musulmane et les apports culturels et scientifiques de la civilisation de l’Islam. Il compte parmi les membres fondateurs de la Fondation pour les œuvres de l’Islam. Il est, depuis 2003, le président de l’association « Vivre l’islam » et producteur de l’émission « Islam » diffusée chaque dimanche matin sur France 2.

Il est nommé Chevalier puis Officier de l’Ordre national du Mérite (en 2003 et en 2012), et reçoit la Légion d’honneur en 2007.