Les Grandes Mosquées de Paris, Lyon et Évry s’inquiètent d’une possible interdiction de l’abattage de volailles Halal

Communiqué

des Mosquées de Paris, de Lyon et d’Évry

 

Les responsables de la Grande Mosquée de Paris, de la Grande Mosquée de Lyon et de la Grande Mosquée d’Évry, titulaires de l’agrément interministériel les habilitant à délivrer les autorisations de pratique du sacrifice rituel, et assurant la certification halal des viandes et produits destinés à la consommation de la communauté musulmane, se sont réunis le lundi 15 mars 2021 à la Grande Mosquée de Paris pour examiner les voies et moyens de sensibilisation des pouvoirs publics sur la situation dramatique que risquent de vivre les musulmans de France suite à la parution de l’instruction technique DGAL/SDSSA/2020-722 du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation datée du 23/11/2020.

Cette instruction ayant pour objet les « Contrôles officiels relatifs à la protection animale en établissement d’abattage de volailles au moment de leur mise à mort », impose désormais des conditions d’abattage ne permettant pas de répondre aux principes dogmatiques et fondamentaux de l’abattage rituel Halal.

C’est aussi un mauvais message que l’on envoie à la communauté musulmane en cette veille de Ramadhan.

Dans ce cadre, à compter du mois de juillet 2021, l’abattage rituel Halal de volaille en France ne sera plus autorisé.

Les responsables des Grandes Mosquées ont déjà fait part de leurs préoccupations auprès du ministère de l’Intérieur et du ministère de l’Agriculture, sans pour autant parvenir à un résultat satisfaisant, permettant d’assurer le respect des principes de l’abattage rituel Halal tel qu’il était pratiqué jusqu’à présent.

Considérant que ces dispositions sont une grave entrave au libre exercice du culte, ils entendent mener toutes les actions légales pour rétablir ce droit fondamental.

Les responsables soussignés se sont rapprochés des autres responsables religieux, notamment du culte Israélite de France, afin d’échanger avec eux sur cette grave problématique.

Si cette disposition était mise en œuvre, les conditions requises pour permettre aux musulmans de consommer des viandes conformes à leur rite, en vertu du principe fondamental de la liberté du culte, ne seraient plus garanties.

En conséquence, les responsables des Grandes Mosquées demandent au ministre de l’Agriculture de les recevoir en urgence pour les entendre sur cette question.

 

SIGNATAIRES

Grande Mosquée de Paris, M. Chems-eddine HAFIZ, Recteur

Grande Mosquée de Lyon, M. Kamel KABTANE, Recteur

Grande Mosquée d’Evry, M. Khalil MEROUN, Recteur