Mise au point : le recteur honoraire Dr Dalil Boubakeur réitère sa pleine confiance en son successeur Me Chems-eddine Hafiz

Paris, le lundi 02 mars 2020,

Après avoir informé mon successeur Chems-eddine Hafiz de récents appels téléphoniques à tout le moins malveillants, j’ai décidé de rendre public la présente mise au point.

Depuis son élection, à la tête de la Grande mosquée de Paris le 11 janvier 2020, le recteur Chems-eddine Hafiz fait l’objet, en effet, d’une campagne de dénigrement et de médisance, lancée contre lui par certains cercles qui ont pris l’habitude de grenouiller autour de la mosquée pour y semer la zizanie et déstabiliser l’action de l’institution.

Les auteurs, identifiés pour être des aventuriers sans scrupules, liés à des officines ou à des individus peu recommandables, n’arrivent pas à admettre le bon droit de cette élection, je dois le rappeler, décidée à l’unanimité des membres présents et dans le strict respect des textes de la société des habous et des lieux saints de l’islam. Cette élection n’a été d’ailleurs contestée par personne.

Le recteur Hafiz a reçu par écrit le soutien unanime des membres de la Fédération nationale de la Grande mosquée de Paris que j’ai eu l’honneur de fonder en 2006 et de diriger jusqu’à ma démission le mois dernier.

Par ailleurs, et au niveau des autorités nationales tant Algériennes que Françaises, les deux sommets de chacun des Etats ont apporté soutien et encouragement au nouveau Recteur Chems-eddine Hafiz.

Encore récemment des calomnies apparues sur un média électronique algérien qui n’a de cesse de relayer de fausses informations, faisant état de mon éventuel retour comme recteur de la mosquée de Paris, sont encore une fois une tentative désespérée de déstabiliser cette honorable institution religieuse.

Certains de ces vils détracteurs, car il faut les qualifier comme tels, ont même osé me téléphoner pour dénigrer honteusement le recteur Chems-eddine Hafiz et son directeur général. Lamentable !

Je me réserve le droit de les dénoncer publiquement, y compris devant des juridictions compétentes, si de telles pratiques persistaient.

Je réitère toute ma confiance au recteur Chems-eddine Hafiz qui a su dès les premiers jours de son investiture insuffler une dynamique qui s’inscrit dans la droite ligne de ses prédécesseurs.

Je confirme toute ma confiance au recteur Chems-eddine Hafiz, et reste convaincu que ce choix est le meilleur dont pourrait bénéficier cette noble institution et la protéger contre ces aventuriers sans Foi ni Loi.

Cette mise au point tient lieu aussi de mise en garde.

Ainsi, que chacun vaque à ses occupations et laisse notre noble institution qu’est la Grande Mosquée de Paris à ceux-là qui en ont légalement et légitimement la charge.

Dr. Dalil BOUBAKEUR
Recteur honoraire de l’Institut Musulman de la Grande Mosquée de Paris

Voir lettre officielle ici